Xavier Veilhan

Formé à la publicité et aux Arts Décoratifs, très mélomane mais trop impressionné par la musique pour en faire son métier, Xavier Veilhan a choisi le champ de l’art visuel « poussé par le fait de pouvoir exprimer ce que les autres moyens ne [lui] permettaient pas » et de « combiner des choses assez contradictoires ». « J’ai éprouvé ce qu’on appelait au XXe siècle l’harmonie : trouver une cohérence, une espèce de logique dans des choses qui n’en avaient aucune ». Pour parler de son travail, il évoque un attrait pour « l’immatériel qui n’est pas forcément l’univers mental, mais plutôt le vent, la poussée d’Archimède, les aimants, les impulsions électriques ». Sa vision des objets est très contextuelle et résolument ancrée dans la réalité : une idée est confrontée aux possibilités techniques et financières. « J’essaie ensuite de trouver une liberté à l’intérieur de cette réalité ». C’est peut-être pour cette raison qu’il aime créer pour des lieux spécifiques : le château de Versailles en 2009 ou le projet Architectones dans sept constructions emblématiques de l’architecture moderniste. Installé dans une rue calme du 20e arrondissement, l’Atelier Veilhan est une petite entreprise où s’activent en permanence une dizaine de personnes dont quatre salariés. Quelques maquettes sont entreposées là, dont celle d’une fresque de 200 m² commandée par Canal Plus pour ses trente ans. « L’art visuel est du domaine de la balistique », conclut l’artiste « il faut savoir se faufiler au bon endroit. Et l’atelier est le bon outil de propulsion pour ça ».

www.veilhan.com