icônes

d'après Elle regarde passer les gens
éditions Verticales, 2016

Anne-James Chaton

PART 1 :
1900 – 1940

artiste

Phia Menard

 

PART II :
1940-1950

voix et mouvement

François Chaignaud

 

Part III :
1955 – 1970

voix

Anne-James Chaton

voix et musiques

Nosfell

 

production

lebeau & associés

 

coproduction

Le Théâtre scène nationale de Saint-Nazaire, L’Espace André Malraux – scène nationale de Chambery et de Savoie

 

avec le soutien d’actOral et Montevideo et de Théâtre Ouvert.

 

Téléchargez le dossier complet ici

Téléchargez la revue de presse ici

Que serait l’histoire du XXe siècle si on la racontait à travers ses grandes héroïnes, artistes, femmes politiques ou résistantes ? Dans la lignée des Vies d’hommes illustres d’après les écrits d’hommes illustres (Al Dante, 2011), le poète sonore Anne-James Chaton a eu envie d’écrire l’épopée du siècle passé au féminin en convoquant une quinzaine de figures, de Camille Claudel à Margaret Thatcher en passant par Virginia Woolf ou Janis Joplin, ou d’autres, plus marginales, comme l’artiste Claude Cahun. La Grande Guerre, les années folles, la libération, la décolonisation… les époques se succèdent dans l’ordre chronologique mais les « icônes » ne sont jamais nommées et se fondent dans un « Elle » unique. Ainsi Marilyn chantant l’inoubliable « Happy Birthday Mr President » cède-t-elle la place subrepticement, au moment de sa mort, à sa rivale Jackie Kennedy sans que la frontière entre les deux biographies soit clairement délimitée.

 

La puissance de la mémoire collective fait son œuvre et nous aide à déchiffrer les constellations disséminées autour de la narration centrale. La partition, écrite dans un style étrangement informatif, très documentée et martelée comme une litanie, est entrecoupée de chansons qui sont autant de facettes des personnages et de leur époque. Chaque décade donne lieu à une collaboration avec des artistes qui interrogent la féminité : le chanteur Nosfell, le danseur François Chaignaud, la chorégraphe Phia Ménard. Ni concert ni performance, Icônes cherche à produire un espace visuel et sonore pour déployer ce récit d’un genre nouveau.