conception, composition

Fabien Alea Nicol
 

texte / performance
Anne-James Chaton
 

dispositif
Cyrille Henry

 

lumières
Annie Leuridan

Production, diffusion
lebeau & associés


avec le soutien de l’aide à la maquette Dicréam, Le hublot, La Muse en Circuit, Le Générateur, Le Château Éphémère et le Carreau du Temple

Téléchargez le dossier complet ici

Distanding Waves est une réflexion autour du sonore et de sa représentation. En créant une illusion sur le mouvement d’une corde, ce projet explore la question de la perception, de l’expérience esthétique en cherchant à déjouer l’attention du spectateur.

Sur scène, un poète, un musicien, et une corde en mouvement qui flotte horizontalement sur plusieurs mètres, tourne autour de son axe.

Dans son mouvement, la corde se stabilise sur certaines formes de vagues, passant d’une oscillation harmonique à une autre. Elle semble autonome, comme un objet vivant parcouru par des ondes, un corps qui oscille, se tend et se relâche.

Une illusion est créée par couplage avec la lumière, où nous ne percevons plus le mouvement réel de la corde. Celle-ci apparaît alors comme un fil qui se dessine distinctement, comme une ligne qui flotte en l’air, un sinus immobile dans l’espace.

En parallèle de ce phénomène, la poésie, dépassionnée de la magie de l’illusion, est une lecture qui agit comme un dévoilement. La musique, minimale dans le choix des matériaux, est une exploration autour de synthèses électroniques.

Le projet fonctionne sous la forme d’une installation et d’une performance. La pièce est un dispositif immersif à durée variable à l’intérieur duquel Anne-James Chaton intervient pour un temps ‘live’ d’une durée de 30 à 40 minutes en duo avec Fabien Alea Nicol. Le corps et la voix in situ viennent recomposer et démultiplier les récits possibles.